énergie nucléaire = mauvaise idée

L’accord de Paris sur le climat le dit noir sur blanc: le niveau mondial des émissions CO2 doit drastiquement diminuer. Notre façon de produire de l’énergie est au cœur du problème. Nous ne pourrons atteindre nos objectifs climatiques sans une transition vers une énergie 100% renouvelable. Il faut dès lors concentrer tous nos efforts sur les économies d’énergie ainsi que les énergies renouvelables. Cela aura pour conséquence, non seulement de limiter le réchauffement de la planète mais aussi de nous apporter un air plus respirable, la création d’emplois verts et un environnement plus sain: aujourd’hui et demain, chez nous et partout ailleurs dans le monde.

L’énergie nucléaire pollue, est dangereuse et non démocratique. Elle n’a pas sa place dans cet avenir énergétique.. Mais les centrales n’émettent pas de CO2, non ? Pourquoi dans ce cas, n’est-ce pas une solution durable? Quelle est la situation des centrales nucléaires belges ? Pourquoi les organisations environnementales se s’opposent-elles toutes avec tant de force à la prolongation de ces vieilles centrales?

Vous trouverez les réponses à ces questions dans le dossier Pourquoi l’énergie nucléaire est une mauvaise idée (PDF) ainsi que tous les arguments pour arriver à bout de l’énergie nucléaire et choisir définitivement un avenir énergétique sûr et propre.

  1. L’énergie nucléaire est dangereuse
  2. L’énergie nucléaire entrave la transition énergétique durable
  3. L’énergie nucléaire n’est pas une solution au réchauffement de la planète 
  4. L’énergie nucléaire pollue
  5. L’énergie nucléaire n’est pas indispensable pour assurer l’approvisionnement énergétique
  6. L’énergie nucléaire est chère
  7. L’énergie nucléaire n’est pas démocratique

Un avenir énergétique durable est possible! Le bureau 3E a développé un scenario énergétique alternatif pour la Belgique. Cette étude intitulée «Our Energy Future» démontre comment nous pouvons sortir du nucléaire et diminuer les émissions de CO2. 

Nous ne sommes pas seuls: Greenpeace, BeNeGora, Nucléaire Stop ont également décidé d’attaquer la prolongation de la durée de vie de Doel 1 et Doel 2 auprès d’autres juridictions. Ce mouvement ne s’arrête pas à la Belgique: à Aix-la-Chapelle et à Maastricht, des citoyens envisagent à leur tour de saisir la justice puisque les centrales nucléaires belges constituent également un risque pour nos pays voisins. 

> D’autres procès sont-ils en cours contre l’énergie nucléaire?