L’énergie nucléaire est une forme d’énergie antidémocratique

Le citoyen n’a jamais eu son mot à dire sur l’énergie nucléaire dans notre pays. La décision de construire des centrales nucléaires a été prise sans le moindre débat démocratique. Ensuite, les gouvernements successifs ont à chaque fois arrangé la prolongation de la durée de vie de ces centrales en coulisses. Le public ou le Parlement ont à peine eu le droit à la parole : pensons à la ministre Marghem qui a pendant longtemps refusé de rendre public l’accord passé avec Electrabel.

L’énergie nucléaire peut uniquement fonctionner dans un système centralisé à grande échelle. En raison du lien étroit avec les armes nucléaires et des risques en matière de sécurité, les informations relatives à l’énergie nucléaire sont secrètes et seul un nombre réduit d’acteurs y a accès. En d’autres termes : concentration du pouvoir, prise de décision trouble et manque de clarté des informations.

La bonne nouvelle est que le régime nucléaire s’est trouvé de plus en plus sous pression au cours de ces dernières années. Les citoyens exigent une prise de décision plus transparente. De plus, grâce à l’énergie renouvelable, les consommateurs peuvent désormais de plus en plus produire leur propre électricité et prendre en mains la politique énergétique.